• Entrepreneneuriat,

Innovation et PME en Algérie quelle perspective : étude exploratoire

Publié le 12 mars 2015 Mis à jour le 28 mars 2015

Malgré des indicateurs macro-économiques (Taux de croissance en 2012 de 2,5 %) stables, les classements internationaux de 2012 montrent en Algérie un recul en matière de compétitivité par rapport aux années précédentes. La PME, la formation, l’innovation, l’accès aux technologies sont autant de facteurs évoqués qui entravent l’émergence d’une économie compétitive.

L’État Algérien pourtant, est apparu comme un acteur essentiel, en tant que facilitateur et catalyseur dans la promotion d’une dynamique qui consiste à créer un environnement favorable aux affaires particulièrement pour les petites et moyennes entreprises. Des systèmes d’accompagnement et d’appui à la création d’entreprises qui favorisent
la formation – action se sont progressivement développés. D’abord la formation
par le biais d’agences et de programmes dédiés au soutien de l’investissement.
Ensuite l’innovation par la valorisation de la recherche soutenue par des réformes
au sein de l’université. Concernant la formation, elle se traduit par un ensemble
d’actions qui concernent l’accompagnement des porteurs de projets. Du côté de
l’innovation, ce sont toutes les relations les 3I (Initialisation, Institutionnalisation, Intégration) (Shmitt, 2008) que l’université envisage de tisser avec toutes les
thématiques de l’Entrepreneuriat. L’observation de l’entrepreneur algérien dans
l’exercice de ces fonctions ne peut se détacher de la structure sociale et économique
à laquelle il est rattaché. Plusieurs études (Melbouci 2012, Tabet 2012), montrent que le rôle économique de l’entrepreneur est perçu d’abord dans son rôle social car toutes les actions sont organisées autour du réseau familial. Dans de nombreuses sphères de la gestion de leurs entreprises, organisation interne, gestion des salariés, partage des biens et des richesses, les entrepreneurs Algériens se situent plus dans une dynamique sociale appartenant à la société algérienne.
Le capital relationnel dans ses liens informels permet de renforcer le capital
financier et le capital connaissance. Ce qui constitue une ressource actuelle et
potentielle d’innovation (Melbouci, 2012).
La turbulence de l’environnement économique en Algérie, quant à lui a aussi contribué
à façonner un Entrepreneuriat quelque peu spécifique dans le sens, où il reste
à la merci de textes législatifs et des actions de l’État en sa faveur. L’orientation
de sa PME débouche d’une double dynamique interne et externe en fonction de
ses objectifs, de ses compétences personnelles et organisationnelles. Plus l’environnement devient menaçant, moins l’entrepreneur, est en mesure d’assurer une
cohérence organisationnelle, au profit d’une cohérence sociale sûre.
Une approche très récente de (Messaghem et Sammut, 2011) basée sur les travaux
de Gartner en 1988, considère que « le processus entrepreneurial se fonde
sur le dialogique individu - projet qui est elle-même en interaction perpétuelle avec
l’environnement ». Dans cette optique, l’environnement est une source d’opportunités
et de menaces pour l’Entrepreneuriat.
En effet, l’environnement agit sur l’entrepreneur et son entreprise dans le temps
à travers des relations proactives, caractérisées par des comportements issus
non seulement de conditions internes mais aussi par d’autres externes fortement
complexes et dynamiques.
C’est pourquoi la survie des deux (entrepreneur - PME), doit être considérée comme
un sous-produit de diverses influences qui ne pourraient être saisies raisonnablement
qu’en intégrant et acceptant la multi-dimensionnalité du phénomène (action
- réaction).
L’objet de cette étude est de montrer que la relation de la PME algérienne avec
l’innovation reste difficile car elle est non achevée. Aussi, une revue historique de l’économie algérienne semble nécessaire car elle nous permet de constater l’impact des politiques choisies et cela a constitué pour nous un cadre d’analyse. À cet effet, nous ferons référence aux actions publiques concernant la formation ainsi qu’à la recherche à l’université pour renforcer la compétitivité.
En premier lieu, nous exposerons les principales variables du processus d’innovation
pour les PME, pour arriver à celles concernant la PME algérienne en second
lieu. Enfin nous présenterons certains résultats afférents à l’innovation de PME de
la wilaya de Tlemcen.

Mis à jour le 28 mars 2015